mardi 19 février 2013

Et si nous parlions police d'écriture

1 commentaire
Les polices d'écriture ou de caractère, plus communément nommées fontes, participent à la mise en valeur et au confort de lecture d'un document. Il existe de nombreux sites proposant, en téléchargement gratuit, une kyrielle de fontes. On serait tenté de choisir une fonte au hasard pour son aspect visuel mais il y a des 2 critères à retenir :
  • La licence d'utilisation de la fonte. Les fontes sont considérés comme des oeuvres à part entière et ont comme vos créations des conditions d'utilisation. Attention donc que l'utilisation que vous en ferez ne soit pas en contradiction avec leurs licences. Si vous publiez un livre avec une fonte ayant une licence autorisée gratuitement pour un usage personnel, vous contrevenez à cette licence et il vous faudra l'acheter pour l'utiliser dans ce cas ;
  • La qualité de la fonte. Ce n'est pas parce qu'une fonte est belle à l'écran que le rendu sera correct à l'impression chez votre imprimeur. Les exigences de l'impression ne sont pas toujours bien gérées par les fontes réalisées par des amateurs.

Heureusement, il existe un grand choix de fontes de bonnes qualités tant commerciales que libres. Certaines sont déjà livrées avec les logiciels de mise en page et vous pouvez donc légalement les utiliser (si ce n'est pas un logiciel piraté bien entendu) en ayant en plus un gage de qualité vis à vis de l'imprimeur.

Dans le cas où les fontes que vous possédiez ne vous conviennent pas ou, comme moi, que vous voulez ne pas avoir de contrainte de licence alors il existe des fontes libres de qualité. Par exemple les fontes ADF (Arkandis Digital Foundry) proposent des fontes de grandes qualités garantissant que le rendu dans Scribus (logiciel libre de mise en page) sera celui de l'impression.

Si vous regardez dans votre répertoire fonts de windows, vous verrez qu'il existe plusieurs formats de fontes :
  • Les fontes Bitmap (.fon / icône A rouge) : bon ça on oublie, ce sont de vieilles fontes prévues seulement pour l'affichage à l'écran (souvent basse résolution) ;
  • Les fontes OpenType TT True Type (.ttf / icône TT) : C'est l'ancienne génération de fonte vectorielle. Elles sont principalement utilisées pour l'affichage à l'écran. Si vous n'utilisez qu'un traitement de texte pour réaliser la mise en page, ces fontes peuvent convenir. Utilisez quand même des fontes reconnues (celles fournies par Microsoft Office ou Libre Office par exemple) ou au moins faite un essai d'impression sur une imprimante laser pour en vérifier la qualité.
  • Les fontes OpenType PS OTF (.otf) : C'est la nouvelle génération de fonte vectorielle qui utilise des courbes au format Postscript (le format utilisé par les imprimantes). Si vous avez le choix prenez vos fontes dans ce format. Il est quand même conseillé de tester avant la fonte en impression laser.
Bien choisir ses fontes est d'autant plus important si vous utilisez Scribus ou InDesign car, contrairement aux traitements de texte, vous avez avec ces logiciels de mise en page la possibilité de jouer sur les différents paramètres d'affichage de la fonte (exemple écartement entre les lettres, hauteurs, etc ...) et il faut donc que l'impression corresponde exactement à ce qui a été affiché à l'écran.

Un autre point important est que certains formats de supports numériques ne permettent pas d'incorporer les fontes (au moins par défaut) comme les formats DOC(X), ODT, RTF et HTML. Si l'ordinateur du lecteur ne possèdent pas les mêmes fontes alors la fonte manquante sera remplacée par une autre disponible sur cet ordinateur. Il en résultera que votre belle mise en page sera "cassée" dans le meilleurs des cas ou que le lecteur verra apparaître des hiéroglyphe à la place du texte dans le pire des cas.

Lorsque vous exportez votre document en PDF, vérifiez les options pour que les fontes soient incorporées dans le fichier PDF. Certains logiciels permettent en plus de l'incorporation de vectoriser les fontes dans le fichier PDF afin d'améliorer le rendu à l'impression.

En conclusion, choisissez bien vos fontes, respectez leurs licences et surtout assurez-vous que celles-ci soient bien incorporée dans le document que vous enverrez à l'imprimeur.

1 commentaire:

  1. Sans compter que certaines polices sons plus gourmandes en encre que d'autres lors de l'impression. Des fous ce sont amusés à quantifier que la Century Gothic était la plus économe !

    RépondreSupprimer